La société française Hydrotube vise le marché de l’électricité en Afrique avec ses hydroliennes




Après huit années de développement, la société a annoncé, fin novembre, avoir réussi à alimenter ses bureaux avec sa propre production d’électricité. L’hydrolienne baptisée H3 est “prête pour l’export” et pourrait fournir le kWh “le moins cher du marché”

 

La société française Hydrotube, basée à Bordeaux (France) a annoncé, cette fin de semaine, avoir réussi à produire sa propre électricité, générée à partir d’une hydrolienne immergée dans la Garonne.

L’hydrolienne baptisée H3 est reliée à un câble sous-marin qui rejoint une unité de transformation à terre. C’est cette unité qui permet d’exploiter l’énergie produite par la machine à partir du courant du fleuve.

“Depuis quelques jours, on fonctionne en auto-consommation […] On s’est connectés du réseau d’Etat pour prouver que notre offre fonctionne”, s’est réjoui Antoine Mialocq, directeur général d’Hydrotube, sur France Bleu Gironde.

Le prototype testé dans la Garonne mesure 10 mètres de long, pèse 06 tonne et possède une hélice de 03,5m de diamètre.

Dans un reportage réalisé par France 3 et relayé sur le site d’Hydrotube, la société assure que cette hydrolienne peut alimenter “500 foyers africains” et produire “le kWh le moins cher du marché”, soit 07 centimes d’euro.

Après huit années de développement, la société affirme qu’elle est désormais prête pour l’export.

“Aujourd’hui, notre offre technique est prête, dimensionnée pour l’export pour prouver toute la pertinence de notre offre”, relève Antoine Mialocq.  

Pour les zones qui ne sont pas équipées de réseaux électriques, les hydroliennes permettent une “installation rapide et ne nécessitent aucun travail de génie civil”,.

Hydrotube vise particulièrement l’Afrique où les besoins en électricité sont importants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *