Hydrocarbures: la SNH du Cameroun veut capter des parts de marché dans le traitement des données sismiques au sein de la Cemac




Un appel d’offres international ouvert jusqu’au 15 septembre 2020, pour l’étude destinée à présenter le potentiel de la sous-région et le coût de mise en oeuvre d’un centre de traitement pour le compte de la SNH. Le traitement des données sismiques 2D et 3D est souvent effectué “en grande partie par les sociétés étrangères”

 

 

La Société nationale des hydrocarbures du Cameroun (SNH) veut créer en son sein un centre de traitement des données (CTD) sismiques 2D et 3D, pour soutenir les activités d’exploration production des hydrocarbures dans les pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac): Cameroun, Guinée équatoriale, République centrafricaine, Gabon, Congo, Tchad.

L’entreprise publique – bras droit de l’Etat dans la gestion des ressources pétrolières et gazières du domaine minier camerounais – a lancé à cette fin un appel d’offres international pour l’étude de marché relative à la création de ce centre. La date limite de soumission des candidatures au secrétariat des marchés de la SNH, à Yaoundé, est fixée au 15 septembre 2020. 

L’acquisition des données sismiques 2D et 3D, lors des activités d’exploration et de production d’hydrocarbures, est souvent “effectué en grande partie par des sociétés étrangères”, relève l’administrateur-directeur général de la SNH, Adolphe Moudiki, dans l’avis d’appel d’offres.

La SNH, qui veut avoir une bonne connaissance des débouchés d’un tel projet, dans un premier au temps au sein de la sous-région Cemac, compte ainsi sur une étude préalable pour laquelle l’avis d’appel d’offres a été émis.

Dans le cadre du travail qui sera à livrer dans un délai de six mois, le consultant retenu devra “évaluer les besoins en restauration, transcription, amélioration et traitement des données sismiques 2D et 3D et de sismique de puits (VSP, sismogramme, etc.) existantes et à acquérir à court, moyen et long termes des sociétés nationales et compagnies pétrolières des pays de la Cemac; étudier et analyser le marché cible en mettant notamment en exergue les implications techniques, économiques, financières et juridiques de ce projet; mener l’évaluation économique de la création et de l’exploitation du Centre, évaluer les risques identifiés et suggérer des moyens de mitigation de ces risques.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *