Ghana: invité à payer une indemnité de 254 millions de dollars à la société de forages Seadrill, Tullow Oil veut mettre à contribution ses partenaires dans les champs TEN




A la suite de l’arbitrage mené par un tribunal de commerce anglais, la compagnie britannique fixe sa part à 140 millions de dollars et impute le reste à ses partenaires. Des contestations déjà exprimées

 

Tullow Oil a révélé, le 03 juillet dernier, qu’un tribunal de Commerce de Londres lui a ordonné de payer une indemnité de 254 millions de dollars (montant net) à la société de forages Seadrill, pour avoir résilié le contrat de cette dernière en décembre 2016 pour des raisons de “force majeure”.

Dans le scénario de règlement de l’amende, Tullow Oil estime que sa part reviendrait à 140 millions de dollars (avec la part supportée de GNPC); et le reste imputable à ses partenaires dans les champs TEN (Twenboa, Enyenra et Ntomme), à la frontière entre le Ghana et la Côte d’Ivoire.

L’association qui exploite ces champs gaziers est constituée de Tullow Oil (opérateur avec 47,18% des actions), Kosmos Energy (17%), Anadarko Petroleum (17%), la compagnie nationale des hydrocarbures du Ghana GNPC (15%) et la société publique sud-africaine Petro SA (3,82%)

Kosmos Energy conteste la modalité proposée par Tullow Oil dans le conflit l’opposant à Seadrill. La firme pétro-gazière américaine a déposé une plainte à la Chambre de commerce internationale (ICCWBO) et attend le jugement. Si le verdict est en faveur de Kosmos, alors Tullow Oil devra payer environ 50 millions de dollars supplémentaires, révèle l’agence de presse Reuters.

Le tribunal de commerce anglais, qui a statué en faveur de Seadrill Ghana Operations Limited, avait été saisi suite à une résiliation anticipée (le 04 décembre 2016) de la plateforme West Leo, contractée par Tullow Ghana Limited jusqu’en début d’année 2018. La filiale de la compagnie pétrolière britannique avait invoqué des raisons de “force majeure” au moment de la résiliation à cause du différend frontalier qui opposait à ce moment la Côte d’Ivoire et le Ghana sur les champs TEN et qui ne permettait pas les travaux de forage. Le Tribunal international du droit de la mer (TIDM) avait finalement tranché la question en septembre 2017, affirmant que le Ghana ne violait pas la souveraineté ivoirienne.

En prenant en compte la retenue à la source applicable et la TVA, Seadrill estime que l’indemnité sera d’environ 273 millions de dollars. Tullow avait 14 jours pour faire appel, à partir du 03 juillet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *