General Electric critiqué par EDF sur ses options de maintenance des centrales thermiques en France




Avec la « tendance » au recours à la sous-traitance, l’énergéticien français craint que General Electric ne perde les compétences techniques concernant les matériels de fabrication Alstom tels que les turbines à vapeurs ou les alternateurs

 

Dominique Minière, directeur du parc nucléaire et thermique d’EDF, a critiqué mercredi, 17 janvier, certains choix  de maintenance des équipements du parc thermique en France par General Electric. Le conglomérat américain avait racheté en 2015 le pôle énergie de l’industriel français Alstom, grand fournisseur d’EDF, notamment pour les turbines à vapeur de ses centrales nucléaires.

« Dans le domaine des pièces de rechange, si clairement les délais de livraison s’améliorent à date, le nombre de défauts de qualité augmente », a évoqué Dominique Minière devant une commission d’enquête – de députés – chargée d’examiner les décisions de l’Etat en matière de politique industrielle, dans le dossier Alstom notamment.

« EDF est également aujourd’hui préoccupé par la tendance de General Electric à faire parfois appel à la sous-traitance pour la réalisation des opérations de maintenance sur le parc thermique », a spécifié le responsable de EDF.

« Cette moindre application de ressources propres fait craindre à court ou moyen terme une perte de compétence technique de General Electric concernant les matériels anciens de fabrication Alstom tels que les turbines à vapeurs ou les alternateurs », a-t-il ajouté.

Soulignant ces questions comme des points « à améliorer », le groupe EDF, par la voix de son PDG, Jean-Bernard Lévy, s’est néanmoins dit satisfait dans l’ensemble de ses relations avec l’américain General Electric, qui a repris les activités d’Alstom pour la fourniture d’équipements clefs.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *