Gabriel Eteki Ebogokolo, cadre d’Oilibya, nommé DGA de la Société camerounaise des dépôts pétroliers




Il a été nommé à l’issue du conseil d’administration de la SCDP tenu vendredi 29 juin à Yaoundé. Il remplace à ce poste le Français Florent Frimat dont le mandat était arrivé à échéance

 

Le conseil d’administration de la Société camerounaise des dépôts pétroliers (SCDP) a décidé ce 29 juin du remplacement de Florent Frimat au poste de directeur général adjoint de l’entreprise parapublique. Désormais, ces fonctions seront assurées par Gabriel Eteki Ebogokolo, d’après un communiqué signé du PCA de la SCDP, Jean-Fabien Monkam Nitcheu.

Le responsable sortant – venant de Total – avait été désigné le 21 octobre 2014 pour une durée initiale de deux ans, avant d’être renouvelée. Son mandat arrivait à échéance cette année 2018.

Gabriel Eteki Ebogokolo, nouveau DGA, était encore, au moment de sa nomination, directeur des affaires financières (DAF) de la société LibyaOil Cameroon S.A, qui opère dans la distribution des produits pétroliers au Cameroun sous la marque Oilibya.

Energies-Media a appris par ailleurs qu’il était membre du comité d’audit de la SCDP, signe qu’il connaît bien la situation financière de cette structure qui figure parmi les cinq plus grandes entreprises publiques endettées dans le domaine de l’énergie au Cameroun.

Il est à préciser que LibyaOil Cameroon S.A détient une participation dans le capital de la SCDP équivalente à 10% des actions.

La nomination d’un nouveau DGA augure de l’arrivée prochaine d’un nouveau directeur général à la SCDP, le poste étant vacant depuis la nomination, en mars 2018, de Gaston Eloundou Essomba au poste de ministre de l’Eau et de l’Energie.

La SCDP assure le stockage et les approvisionnements en produits pétroliers raffinés au Cameroun. En monopole sur le marché national, ses clients sont en majorité des entreprises de distribution des produits pétroliers et des structures étatiques comme le ministère de la Défense.

La Société appartient à 51% à l’Etat camerounais – à travers différentes compagnies publiques (SNH, CSPH, Société nationale d’investissement, Port autonome de Douala) et à 49% à des partenaires privés du secteur de la distribution des produits pétroliers (Corlay, Libya Oil, Total, Tradex).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *