France/distribution de gaz: déjà un million de compteurs intelligents Gazpar posés par GRDF




GRDF, filiale d’Engie, gestionnaire du réseau de distribution de gaz, a posé son millionième compteur communiquant en France le 21 mars. Déploiement « conforme au calendrier », selon le DG de GRDF

 

GRDF, qui gère le réseau de distribution du gaz en France, a annoncé jeudi avoir posé un million de compteurs communicants Gazpar en France.

Le millionième compteur communiquant Gazpar a été posé le 21 mars, ce qui correspond à un « déploiement totalement conforme au calendrier », a annoncé le directeur général de « Gaz Réseau Distribution France » (GRDF), Edouard Sauvage, lors d’une conférence de presse.

GRDF vise 2,2 millions de compteurs déployés à la fin de l’année puis la totalité (11 millions) d’ici à 2023. Les compteurs communicants (avec également le Linky d’Enedis pour l’électricité) suscitent la méfiance de certains usagers mais le taux de refus du Gazpar est inférieur à 1%, souligne la direction de GRDF.

« On a une pratique consistant à rappeler les clients faisant part de leur réticence pour bien leur expliquer ce qu’est le compteur communicant, notamment en indiquant bien ce qu’est la technologie, le fait qu’il n’y a pas de suivi instantané des consommations », a expliqué M. Sauvage.

Le compteur relève quotidiennement les consommations de gaz naturel, et communique deux fois par jour les index du client, afin de permettre à ce dernier de connaître précisément sa consommation de gaz naturel.

GRDF a comptabilisé un solde de quelque 22 000 nouveaux clients qui se sont raccordés au réseau gazier l’an dernier, pour un total qui devrait atteindre les 11 millions dans les années à venir.

La filiale d’Engie a aussi détaillé ses résultats financiers de l’an dernier, avec un chiffre d’affaires qui s’est érodé de 1,6% à 3,562 milliards d’euros, en raison d’un hiver moins froid.

Le bénéfice net a pour sa part été divisé par deux à 150 millions d’euros (contre 302 millions en 2016), ayant pâti de la hausse exceptionnelle de l’impôt sur les sociétés pour les grosses entreprises et d’un élément positif exceptionnel en 2016 qui ne s’est pas reproduit l’année suivante. « Le résultat 2018, qui verra la disparition de ce taux exceptionnel d’impôt sur les sociétés, devrait être en croissance par rapport aux résultats 2017″, a souligné M. Sauvage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *