L’Eswatini à la quête d’investisseurs et de producteurs indépendants d’électricité pour des projets d’énergie solaire et de biomasse




Le royaume compte produire 40 mégawatts d’énergie solaire photovoltaïque d’ici 2020 et 40 mégawatts à partir de la biomasse d’ici à 2021

 

L’Eswatini (ex-Swaziland) a lancé, à la mi-avril, le processus pour le développement de nouvelles capacités de production d’électricité à court terme, en vue d’atténuer sa forte dépendance aux importations d’énergie sud-africaines.

Le royaume prévoit de générer 40 mégawatts d’énergie solaire photovoltaïque d’ici 2020; et 40 mégawatts à partir de la biomasse d’ici 2021.

L’autorité de régulation de l’énergie d’Eswatini ESERA (Eswatini Energy Regulatory Authority) a initié dans un premier temps, entre le 16 et le 26 avril, un appel à manifestation d’intérêt pour les différents acteurs intéressés par les projets. L’invitation était adressée aux développeurs, investisseurs, financiers, contractants EPC, contractants pour l’exploitation et la maintenance.

La sélection sera effectuée à l’issue d’un “appel d’offres concurrentiel”, a appris Energies Media auprès d’Esera.

Le royaume situé en Afrique australe dispose d’une politique d’incitation en faveur des producteurs indépendants (Eswatini Independent Power Producers Policy, ESIPPP); politique annoncée par le ministère de l’Energie et des Ressources naturelles en juillet 2018.

Esera estime nécessaire pour l’Eswatini de développer urgemment des capacités de génération d’électricité propres étant donné que la fiabilité de ses approvisionnements en Afrique du Sud n’est plus assurée. Le régulateur évoque les difficultés d’Eskom – compagnie publique de distribution d’électricité de l’Afrique du Sud – et la hausse “significative” des tarifs adoptée par cette dernière.

Le royaume veut assurer sa “sécurité énergétique” à partir des ressources locales en énergies renouvelables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *