Entre son entrée en production et le 30 septembre 2020, le Hilli Episeyo a permis au Cameroun d’exporter 6,18 millions m3 de GNL




Les cargaisons de gaz naturel liquéfié produit sur la plateforme flottante sont expédiées en Asie

 

 

Entre le 29 avril 2018 (date de son entrée en production) et le 30 septembre 2020, le Hilli Episeyo – usine de liquéfaction flottante installée au large de Kribi (Sud-Cameroun) – a permis l’exportation d’un volume global de 6 182 204 mètres cubes de gaz naturel liquéfié (GNL), a appris Energies Media de source officielle cette semaine.

L’usine est le fruit d’un partenariat entre trois entités, a rappelé le Premier ministre Joseph Dion Ngute, le 25 novembre à l’Assemblée nationale lors de la présentation du Programme économique, financier, social et culturel du gouvernement camerounais pour l’exercice budgétaire 2021.

Le navire est la propriété de Golar LNG – propriétaire et exploitant de navires méthaniers – et les approvisionnements en combustible (gaz naturel) sont assurés par Perenco Cameroon – filiale du franco-britannique Perenco – et la Société nationale des hydrocarbures du Cameroun (SNH).

Les cargaisons de GNL produit par le Hilli Episeyo sont enlevées par Gazprom Marketing & Trading Singapore Pte Ltd (GM&TS) et exportées principalement en Asie. La filiale du géant russe Gazprom a signé, en novembre 2015, un contrat d’achat de la production annuelle de 1,2 million de tonnes prévue à bord de l’usine. Le contrat couvre une période de huit années.

Le Hilli Episeyo, matérialisation du projet FLNG (Floating Liquefied Natural Gas), a aussi vocation à produire annuellement 30 000 tonnes de gaz de pétrole liquéfié (essentiellement du butane à usage de gaz domestique) pour le marché national.

“Environ 2 000 tonnes métriques de gaz domestique en sont extraites mensuellement pour approvisionner le marché national”, a souligné le chef du gouvernement devant les députés le 25 novembre.

Le GPL traité à bord du Hilli Episeyo est stocké au Centre de traitement de gaz de Bipaga (Sud-Cameroun) de la SNH avant d’être acheminé par camions-citernes à Yaoundé, dans les cuves de la Société camerounaise des dépôts pétroliers (SCDP).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *