Enquête maritime ouverte sur le pétrolier qui a fait naufrage au large de la Tunisie




L’enquête des pouvoirs publics tunisiens vise à « connaître les véritables circonstances de l’accident, vérifier la nature de l’activité du navire susmentionné, identifier ses mouvements au cours de la dernière période et prendre toutes les mesures légales nécessaires en fonction des résultats de l’enquête »

 

Le ministère tunisien du Commerce a annoncé, dimanche 17 avril, l’ouverture d’une enquête sur le pétrolier Xelo (immatriculé OMI 7618272), qui a fait naufrage au large de Gabès (sud-est).

« Afin de préserver les droits de l’Etat tunisien, une enquête maritime a été ouverte comme l’exige le droit maritime national et les conventions internationales bien connues pour connaître les véritables circonstances de l’accident, vérifier la nature de l’activité du navire susmentionné, identifier ses mouvements au cours de la dernière période et prendre toutes les mesures légales nécessaires en fonction des résultats de l’enquête », a indiqué le communiqué.

Le ministère a également expliqué que « le navire en question avait accosté dans le port de Sfax du 4 au 8 avril courant, pour changer l’équipage, ravitailler et effectuer quelques réparations légères sans opérations commerciales ».

« Toutes les mesures nécessaires ont été prises et tous les agents de la marine marchande et du port ont été déployés selon leur domaine de qualification, et tous les équipements logistiques ont été fournis pour assurer l’efficacité des opérations enforcées avec des équipements supplémentaires attelé des ports de Zarzis et de Sfax afin éviter les marées noires », d’après la même source.

Selon les informations données par le tunisien de l’Environnement samedi, « le navire, qui battait pavillon équato-guinéen, en provenance du port égyptien de Damiette et faisant route vers Malte, a subi des avaries qui l’ont empêché de poursuivre sa route en raison du mauvais temps et de la mer agitée, ce qui a contraint son équipage à demander la permission aux autorités tunisiennes d’entrer dans les eaux territoriales ».

Les autorités tunisiennes ont autorisé le navire, chargé de 750 tonnes de carburant, à mouiller à environ 7 km des côtes du golfe de Gabès (sud), mais de l’eau de mer s’est infiltrée dans la salle des machines, la submergeant à hauteur de deux mètres, d’après le communiqué.

La même source a fait savoir que l’équipage du navire, composé de 7 personnes, a demandé aux autorités tunisiennes de l’évacuer du navire, qui menaçait de couler. L’intervention a été alors décidée et tout l’équipage a été secouru.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *