En important l’électricité du Cameroun, le Tchad réduira son prix moyen du kWh de plus de 60 F CFA




Avec l’achèvement des infrastructures prévues dans le cadre du Projet d’interconnexion des réseaux électriques du Cameroun et du Tchad, le prix moyen du kilowattheure, supérieur à plus de 100 F CFA (0,15 euro) au moment de la conception du projet, sera compris entre 30 et 40 F CFA (0,046 euro et 0,061 euro)

 

Le Projet d’interconnexion des réseaux électriques du Cameroun et du Tchad (Pirect), soutenu par diverses institutions internationales dont la Banque mondiale et la Banque africaine de développement, permettra au Tchad de réduire le prix moyen du kilowattheure, d’après les données officielles du projet.

L’un des “objectifs stratégiques” de la mise en œuvre du Pirect vise à “obtenir un prix moyen du kWh compris entre 30 et 40 F CFA en 2025 (supérieur à 100 FCFA en 2008)”, a relevé Energies Media dans un document élaboré par le comité technique conjoint du Pirect. Ledit Comité comprend la Société nationale de transport d’électricité du Cameroun (Sonatrel) et la Société nationale d’électricité du Tchad (SNE).  

Le Pirect permettra au Tchad d’importer l’électricité produite par les barrages camerounais et dans une moindre mesure par les centrales à gaz. Ces deux sources d’énergie sont les principales mentionnées dans le document consulté par Energies Media. L’“objectif stratégique” y relatif cible la “valorisation de 54% du potentiel hydroélectrique (contre moins de 3% en 2008) et d’au moins 5% du potentiel gazier pour la production d’électricité (moins d’1% en 2008)”

Le projet consistera, entre autres, en la construction d’une ligne principale haute tension (HT) de 225 kV entre Ngaoundéré-Maroua-Kousséri (Cameroun) et N’Djamena (Tchad), d’une bretelle de ligne HT 225 kV entre Maroua (Cameroun), Bongor-Guelendeng-N’Djamena (Tchad), des postes de transformation HT/MT associés ainsi que des réseaux de distribution, pour l’électrification rurale de 478 localités le long des couloirs de ligne entre les deux pays.

La longueur totale des lignes HT à construire est d’environ 1 024 kilomètres (786 km au Cameroun et 238 km au Tchad), d’après les données de la BAD. 

En janvier 2019, la BAD estimait à 2022 le délai d’achèvement du projet. Le délai ne sera pas tenu, la disponibilité des dossiers d’appels d’offres étant programmée “à partir de mai 2023”, selon la mise à jour faite ce mois de juillet 2021 par le Comité technique conjoint du Pirect.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *