Egypte: la vente de l’usine de GNL de Damiette a permis à Naturgy de voir son résultat net du T1 2021 de grimper

Le groupe énergétique espagnol a déjà reçu un premier versement de 65 millions d’euros dans le cadre du règlement du contentieux avec le gouvernement égyptien et le géant italien Eni. Au total, le groupe recevra au final “environ 600 millions de dollars” (497 millions d’euros)

 

Le groupe énergétique espagnol Naturgy a vu son résultat net du premier trimestre grimper de 92,5% sur un an, grâce à la revente de sa participation dans l’usine égyptienne de Damiette, objet d’un contentieux avec Le Caire depuis 2012, d’après un communiqué publié par l’entreprise le 28 avril.

Le bénéfice net atteint de 383 millions d’euros est supérieur aux 303 millions d’euros estimés en moyenne par les analystes financiers interrogés par Factset. Ce résultat “s’appuie principalement” sur un premier versement de 65 millions d’euros reçu dans le cadre du règlement du contentieux en Egypte, explique Naturgy dans son communiqué.

Au total, le groupe recevra au final “environ 600 millions de dollars” (497 millions d’euros), précise le communiqué.

Naturgy a finalisé en mars un accord à l’amiable avec le gouvernement égyptien et le groupe énergétique italien Eni, pour résoudre le litige entourant l’usine de liquéfaction de gaz de Damiette, proche du canal de Suez, dont le fonctionnement avait été paralysé en 2012 par le gouvernement égyptien, qui avait stoppé les exportations de gaz en pleine crise politique provoquée par le “printemps arabe”.

Après des années de négociations, l’accord prévoit la revente de la participation de Naturgy dans l’usine à Eni, pour 600 millions de dollars. Il met fin au contrat d’approvisionnement en gaz qui liait Naturgy à l’Égypte jusqu’en 2029, actant la sortie du groupe de ce pays, dans lequel il ne s’approvisionnera plus, précise le communiqué.

Hormis cet élément extraordinaire, la pandémie de Covid-19 “a continué à affecter négativement le comportement opérationnel”, en raison de l’incertitude macroéconomique et d’une dépréciation “significative” des monnaies en Amérique latine, où Naturgy est très présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *