Dépendante essentiellement de ses hydrocarbures, la Libye a déjà perdu plus de 576 milliards USD depuis 2011




C’est le coût économique du conflit libyen, tel qu’évalué par le Cesao, un organisme dépendant de l’ONU

 

 

Le coût du conflit en Libye a déjà dépassé les 576 milliards de dollars américains depuis le début des hostilités en 2011, selon une nouvelle étude publiée mercredi 02 décembre par la Commission économique et sociale des Nations unies pour l’Asie occidentale (Cesao).

Le rapport intitulé « Le coût économique du conflit libyen » révèle que le conflit en Libye a entraîné une baisse drastique de l’activité économique, comme en témoigne la forte baisse du produit intérieur brut (PIB) et des taux d’investissement.

La consommation a également diminué en raison du retour massif des travailleurs étrangers dans leur pays d’origine et de la baisse des revenus des citoyens libyens, ajoute le rapport.

Le commerce extérieur a été marqué par une réduction significative des exportations de certains produits clé comme le pétrole et le gaz (plus de 95% des revenus de la Libye). L’impact a cependant été encore plus important sur les importations, principalement en raison d’une contraction des secteurs de la construction et du bâtiment.

Le rapport met également en lumière un certain nombre de facteurs ayant exacerbé les pertes économiques, comme la destruction des actifs dans les secteurs du pétrole, de la construction, de l’agriculture et de la fabrication, la baisse des prix du pétrole sur les marchés financiers mondiaux, et le détournement des ressources destinées à la santé, à l’éducation et aux infrastructures au profit des dépenses militaires.

Les retombées du conflit en Libye se sont en outre répercutées sur les pays voisins comme l’Algérie, la Tunisie, l’Egypte et le Soudan, avec lesquels la Libye entretient d’importants liens en matière de commerce, d’investissement et d’emploi.

« La paix en Libye nécessite un plan de reconstruction et de relance fondé sur une gouvernance économique efficace et transparente, ainsi que sur la réhabilitation des secteurs touchés par le conflit », a déclaré Tarik Alami, directeur de la division des Problèmes émergents et liés aux conflits de la Cesao

La Libye a sombré dans la violence et l’instabilité politique depuis la chute de l’ancien dirigeant Mouammar Kadhafi en octobre 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *