Comment la Côte d’Ivoire compte passer de 2 000 à 4 000 MW d’électricité dans les trois prochaines années




Le pays compte doubler sa capacité de production électrique d’ici 2020. Les projets en chantier

 

La Côte d’Ivoire compte passer de sa capacité de production d’électricité actuelle, estimée à 2 199 MW, à 4 000 MW en 2020.

Le gouvernement a présenté l’essentiel des projets en chantier engagés pour y parvenir, dans un document transmis à la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, le 17 novembre 2017, en vue d’obtenir un soutien financier de l’institution.

Ces projets visent à “accroître davantage l’offre d’électricité en vue de soutenir le dynamisme de l’économie”, selon les termes employés par le ministre de l’Economie et des Finances, Adama Koné.

Les projets dans le détail:

  • construction du barrage hydroélectrique de Singbrobo-Ahouaty (44 MW) à Tiassalé sur le fleuve Bandama;
  • réalisation de la centrale hydroélectrique de Gribopopoli (112 MW) sur le fleuve Sassandra, en aval de Buyo;
  • renforcement des capacités de production thermique de Ciprel et Azito Energie. En termes de production thermique de ces deux opérateurs, selon les données officielles disponibles au 30 novembre 2017 et consultées par Energies Media, Ciprel (Compagnie ivoirienne de production d’électricité), filiale du groupe français Eranove, dispose d’une capacité de production totale de 556 MW. Azito Energie, co-détenue par le britannique Globeleq (77%) et IPS (Fonds Aga Khan) a une capacité de production de 430 MW. Les deux producteurs indépendants d’énergie ont une production totale de 986 MW, soit 52,5%  de la production totale d’énergie de la Côte d’Ivoire. En 2016, Ciprel et Azito Energie ont signé une convention avec l’Etat ivoirien pour la construction de deux centrales à cycle combiné d’une capacité globale de 627 MW. Ces centrales, une fois réalisées, permettront à Ciprel de porter son offre à 906 MW et Azito Energie à 717 MW.
  • construction d’une centrale à charbon, d’une capacité de 700 MW;
  • réalisation de projets dans le domaine des énergies renouvelables pour une capacité de plus de 200 MW.

 

Dans la liste des projets communiqués au FMI, le ministre de l’Economie et des Finances indique par ailleurs que “l’étude de faisabilité du projet d’approvisionnement en Gaz Naturel Liquéfié (GNL) est prévue pour s’achever au second semestre 2018. Ce projet est destiné essentiellement à contribuer à la couverture totale des besoins du secteur en gaz naturel.” 

Il est aussi à noter, même si cela n’a pas été relevé dans le document transmis au FMI, que la Société nationale pétrolière de Côte d’Ivoire (Petroci) et le producteur indépendant privé d’énergie Starénergie 2073 prévoient la construction de deux nouvelles centrales thermiques à cycle combiné, respectivement à Abatta (330 MW) et à Yopougon Songon (372 MW). 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *