Cameroun – Guinée équatoriale: les négociations “se poursuivent” pour développer conjointement les découvertes de gaz Yoyo et Yolanda (SNH)




Les négociations visent à aboutir à la signature d’un accord d’unitisation des deux zones, contiguës l’une de l’autre, pour pouvoir les développer comme un seul et même champ

 

Le protocole d’accord conclu en juillet 2017 entre le Cameroun et la Guinée équatoriale, pour développer conjointement les découvertes de gaz Yoyo et Yolanda à la frontière maritime entre les deux pays, n’a pas été rangé dans les tiroirs, rassure la partie camerounaise.

“Les discussions avec la Guinée équatoriale se poursuivent en vue du développement du champ gazier transfrontalier Yoyo-Yolanda”, soutient l’administrateur-directeur général de la Société nationale des hydrocarbures du Cameroun (SNH), Adolphe Moudiki, cité dans l’édition du mois de juillet 2021 du magazine d’information de la SNH.

Yoyo est un bloc offshore, s’étendant sur plus de 679 km2 dans le bassin de Douala/Kribi-Campo au Cameroun. Il est contiguë au champ Yolanda, qui appartient au bloc I, en Guinée équatoriale. Les deux abritent des réserves de gaz naturel et de condensats de gaz. Ils partagent une même structure géologique, le champ Yolanda se prolongeant au Cameroun. 

Pour l’exploitation, il est envisagé de les mettre en commun et de les développer comme un seul et même champ transfrontalier, dans le cadre d’un accord d’unitisation. Depuis la signature du MoU en 2017, des commissions ont été mises en place côté camerounais et côté équatoguinéen. Ces commissions (dans lesquelles on retrouve la SNH côté camerounais) ont tenu leur quatrième session conjointe à Malabo en janvier 2020, d’après les informations officielles du ministère équatoguinéen des Mines et des Hydrocarbures.

L’intérêt de l’unitisation

La compagnie américaine Noble Energy, qui détient les droits d’exploitation des deux zones, a été rachetée en 2020 par la major américaine Chevron. Le projet d’unitisation, poursuivi par l’opérateur, vise à assurer l’approvisionnement en gaz du complexe industriel de Punta Europa.

Ledit complexe, situé sur l’île de Bioko à proximité de la capitale Malabo, abrite entre autres une usine de traitement de gaz de pétrole liquéfié (Alba Plant LLC) et des installations de liquéfaction de gaz naturel (EG LNG).

Pour la Guinée équatoriale, Punta Europa a vocation à devenir un hub majeur pour le développement et la transformation de gaz naturel en Guinée Equatoriale et pour desservir les marchés de la sous-région. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *