Cameroun : en 2019, le pétrole brut a représenté 90% des exportations du secteur extractif




Statistiques du rapport 2019 du Comité de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) au Cameroun, rendu public le 19 novembre 2021

 

Le pétrole brut continue de dominer la production et l’exportation des produits du secteur extractif au Cameroun. En 2019, la ressource a représenté 90% des exportations du secteur, suivi du gaz et de l’or, selon les données présentées le 19 novembre 2021 à Yaoundé à l’occasion de la publication du rapport ITIE 2019.

Le ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique, par ailleurs vice-président du Comité de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) au Cameroun – Comité ITIE –  Gabriel Dodo Ndoke a présidé la cérémonie de présentation du rapport. 

D’après le document, la part de pétrole de l’Etat commercialisée par la Société nationale des hydrocarbures (SNH) s’est située à 17 millions de barils (meilleurs que les 13,4 millions de barils de 2018), favorisant un accroissement des transferts de la SNH au budget de l’Etat. Ces transferts ont représenté 471,93 milliards de FCFA en 2019, contre 413,32 milliards FCFA en 2018. 

En ce qui concerne le gaz naturel, la production s’est élevée à 73,96 milliards de pieds cubes et celle de gaz de pétrole liquéfié (GPL) à 24 489 tonnes métriques.

“Dans l’ensemble, la part des activités extractives dans le PIB est passée de 3,74% en 2018 à 3,75%, en 2019. Les exportations quant à elles sont en hausse, elles sont passées de 26,24% en 2018, à 32,03%, en 2019”, souligne le Comité national Itie. 

“En termes de contribution par flux au budget de l’Etat, sur les 703,91 milliards FCFA de revenus reversés au budget de l’Etat en 2019, les transferts de la SNH-Mandat viennent à la 1ère place et représentent 66,99 % desdits revenus (soit 471,53 milliards FCFA), suivi de l’Impôt sur les sociétés pétrolières 17,12%, (soit 120,48 milliards FCFA), les droits de transit arrivent en 3ème position et représentent pour leur part 4,97 % et les autres recettes 10,92%”, note l’instance. 

L’ITIE au Cameroun

Le Cameroun a adhéré à l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives en mars 2005. La Norme ITIE a été mise en place pour inciter à une bonne gouvernance des ressources pétrolières, gazières et minières. Elle exige la divulgation d’informations sur la chaîne de valeur du secteur extractif, depuis l’octroi des droits d’extraction jusqu’à la manière dont les revenus parviennent au gouvernement, le montant de ces revenus et les bénéfices que le public et les communautés en retirent.

La mise en œuvre au Cameroun de la Norme ITIE est supervisée par le Comité ITIE – présidé par le ministre des Finances -, appuyé dans ses travaux par un Secrétariat permanent chargé de préparer et exécuter le plan de travail ainsi que le budget de l’ITIE-Cameroun.

Les pays membres de l’ITIE sont régulièrement évalués sur la mise en œuvre des exigences de l’ITIE. Lors de la dernière évaluation du Cameroun, en janvier 2021, le pays avait reçu la mention “progrès significatifs”. Pour être “pays conforme” à l’ITIE, le Cameroun doit obtenir la mention “progrès satisfaisants”, comme le Sénégal ou le Nigeria

Le Cameroun a publié à ce jour 14 rapports ITIE, couvrant la période allant de 2005 à 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *