Algérie: l’ancien ministre de l’Energie Chakib Khelil à nouveau dans l’étau de la Justice pour des soupçons de corruption à la Sonatrach




Chakib Khelil est accusé d’infractions à la législation liée au change et au transfert de capitaux depuis et vers l’étranger, et d’avoir conclu de façon illégale deux contrats avec deux sociétés étrangères au profit de Sonatrach, selon les charges rendues publiques par la Cour suprême le 24 avril

 

Un tribunal algérien a annoncé, le 24 avril dernier, la réouverture de l’enquête visant le groupe pétrolier public Sonatrach sur des suspicions de corruption entre 1999 et 2010 alors que Chakib Khelil (photo) était ministre de l’Energie.

« Deux dossiers en relation avec l’ancien ministre Chakib Khelil ont été soumis à la Cour suprême », a indiqué la haute juridiction dans un communiqué.

Chakib Khelil est accusé d’infractions à la législation liée au change et au transfert de capitaux depuis et vers l’étranger, et d’avoir conclu de façon illégale deux contrats avec deux sociétés étrangères au profit de Sonatrach, lit-on dans le même communiqué.

Les contrats en question seraient ceux conclus avec le géant énergétique italien Eni et sa filiale Saipem.

Les deux sociétés ont été accusées d’avoir versé des dessous-de-table d’une valeur de 11 milliards de dollars à des employés de Sonatrach et des intermédiaires, et d’avoir acquis les droits d’exploitation d’un gisement de gaz après le rachat de First Calgary Petroleums, société qui détenait 50% de la concession. La deuxième moitié revenait à Sonatrach.

Cité dans le scandale de la Sonatrach, l’ancien ministre algérien de l’Energie avait fait l’objet d’un mandat d’arrêt international émis en août 2013. Ce mandat avait ensuite été annulé par les autorités algériennes pour vice de forme.

Chakib Khelil a été ministre de l’Energie entre 1999 et 2010. Il a également occupé le poste de président de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) de 2001 à 2003.

La veille de l’annonce de la Cour suprême, le chef d’Etat par intérim, Abdelkader Bensalah, a limogé sans explications le PDG du groupe Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, et nommé à sa place Rachid Hachichi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *