Avec le Centre de traitement de gaz de Bipaga, le Cameroun produit 45 à 50% du GPL consommé sur le marché national




Sur une consommation nationale annuelle de 100 000 tonnes, la capacité de production du Centre et de la Sonara représentent 47 000 tonnes

 

Le début des opérations, au second trimestre 2018, du Centre de traitement de gaz de Bipaga – implanté à Kribi (Sud-Cameroun) dans le cadre du projet FLNG – a permis d’augmenter les capacités de production de gaz de pétrole liquéfié (GPL) du Cameroun.

La totalité de la production de GPL de Bipaga est destinée à approvisionner la ville de Yaoundé et de ses environs.

Le Centre a la capacité de produire 30 000 tonnes de GPL, essentiellement du butane à usage de gaz domestique.

De ce fait, “en tenant compte des GPL issus de la Société nationale de raffinage (Sonara), qui a enregistré une production moyenne de 17 000 tonnes sur les cinq dernières années”, la production locale “représente désormais 45 à 50% de l’approvisionnement national”, éclaire le directeur commercial de la Société nationale des hydrocarbures, Simon Paley, dans l’édition d’octobre 2018 du magazine d’informations de la SNH.

M. Pailey ajoute que “la consommation nationale de GPL dépassant désormais la barre de 100 000 TM [tonnes métriques, NDLR] par an, la moitié de celle-ci continuera à être importée.”

L’avènement du Centre améliore ainsi la disponibilité du gaz domestique pour les ménages et permet à l’Etat de réaliser des économies sur ses dépenses. “Les GPL importés sont facturés en dollars US, alors que ceux de Bipaga le sont en francs CFA […]”, illustre Simon Pailey.

En outre, poursuit-il, “la bouteille de 12,5 kilogrammes que les ménages camerounais achètent à 6 500 F CFA coûte en réalité entre 10 000 et 11 000 F CFA. Il se dégage un gap de 3 500 à 4 500 F CFA par bouteille, pris en charge par l’Etat à travers la CSPH pour le compte des consommateurs.”

“Pour vous donner une idée des montants mis en jeu, cette subvention a coûté à l’Etat, pour la seule année 2017, la somme de 32,6 milliards de F CFA [environ 49,7 millions d’euros, NDLR]”, conclut le directeur commercial de la SNH.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *