Burkina Faso: la centrale solaire de Zagtouli sera inaugurée ce 28 novembre




L’ouvrage, qui produira déjà 33 MW courant décembre, sera inauguré ce mardi par les présidents burkinabè Roch Marc Christian Kaboré et français Emmanuel Macron

 

Le Burkina Faso lance mardi, 28 novembre, « la plus grande centrale solaire de l’Afrique de l’Ouest », une première dans ce pays qui veut se tourner vers les énergies renouvelables, pour combler le déficit qui l’oblige à importer de l’électricité du Ghana et de Côte d’Ivoire.

Sur le site de Zagtouli, à une vingtaine de kilomètres au sud-ouest de Ouagadougou, la capitale, miroitent au soleil 129 600 panneaux de 260 watts produisant 33 mégawatts d’énergie, sur une superficie de 55 hectares.

L’ouvrage doit être inauguré officiellement par les présidents burkinabè Roch Marc Christian Kaboré et français Emmanuel Macron, en visite dans le pays.

La centrale permettra d’ajouter chaque année sur le réseau de la Société nationale d’électrification (Sonabel): 56 gigawatts, soit 5% de la production actuelle, issue des centrales à fioul.

Cofinancée par l’Agence française de développement (22,5 millions d’euros) et l’Union européenne (25 millions d’euros), la centrale solaire de Zagtouli est la première d’une série dans ce pays où la majorité des 19 millions d’habitants n’ont pas accès à une électricité fiable, surtout pendant la période de fortes températures.

Le pays compte tirer parti de son exposition au soleil (5,5 kilowattheures par mètre carré et par jour) pour ajouter une extension de 17 MW sur le site de Zagtouli, en vue d’atteindre une production totale de 50 MW.

D’autres projets sont prévus, notamment deux centrales solaires à Koudougou (20 MW) et à Kaya (10 MW).

L’énergie produite par la centrale solaire de Zagtouli coûtera environ 45 francs CFA (7 centimes d’euro) le kilowatt/heure (KWH) et sera ainsi trois fois moins chère que l’électricité produite dans les centrales thermiques, qui coûte 145 francs CFA, a précisé le directeur d’exploitation de la Sonabel, Daniel Sermé.

Pays ensoleillé, le Burkina envisage, d’ici à 2030, de couvrir 30% de ses besoins en électricité avec le solaire.

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *