Centrafrique: le renforcement de l’usine hydroélectrique de Boali 2 confié à China Gezhouba Group Corporation




L’acte d’engagement de la réalisation du marché des travaux, pour augmenter de 05 mégawatts la capacité de l’usine, a été signé dimanche 02 septembre à Beijing

 

Le groupe China Gezhouba Group Corporation va renforcer l’usine de production de l’électricité de Boali 2, située à environ 96 kilomètres à l’ouest de la capitale centrafricaine Bangui, dans le but d’augmenter de 05 mégawatts la capacité de production de cette usine.

L’acte d’engagement de la réalisation du marché des travaux d’électricité de Boali II, financés par la Banque africaine de développement, a été signé dimanche, 02 septembre, à Beijing, en marge du Forum sur la coopération sino-africaine (FCSA). Le document a été signé par le ministre centrafricain de l’Économie du Plan et de la Coopération internationale, Félix Moloua (photo, g) et le PDG de China Gezhouba Group Corporation.

La cérémonie a eu lieu en présence du président centrafricain Faustin-Archange Touadéra et de l’ambassadeur de Chine en Centrafrique, Chen Dong.

Le renforcement de la capacité de l’usine de Boali 2 vise à améliorer la distribution de l’électricité à Bangui et ses environs.

La localité de Boali est dotée de trois usines de production hydroélectrique, Boali 1, produit de la coopération franco-centrafricaine depuis 1954; Boali 2, acquise grâce à la coopération avec la Yougoslavie en 1978; enfin, Boali 3, ne disposant pas jusque-là d’une turbine au bas du barrage. Les usines de Boali I et de Boali II sont obsolètes, ne répondant plus aux besoins des habitants de la capitale et de ses environs, d’où les récurrents délestages gérés par Enerca, l’entreprise publique de production et de distribution de l’électricité en République centrafricaine.

Le pays abrite un barrage et deux centrales hydroélectriques de 18 MW (8MW à Bouali 1 et 10MW à Bouali 2); ainsi qu’une centrale thermique avec une capacité installée de 22 MW. D’autres petites centrales thermiques ont été construites dans une quinzaine de villes mais toutes sont aujourd’hui à l’arrêt à cause du coût élevé du combustible (diesel).

La République centrafricaine (RCA) dispose d’un taux d’électrification de 3% sur l’ensemble de son territoire d’une superficie de 622 984 km².

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *