Cameroun: les termes de la convention gazière signée entre New Age et l’Etat du Cameroun pour Etinde




L’Etat du Cameroun attend 2,4 milliards de dollars de taxes et d’impôts directs pendant la période d’exploitation fixée à 20 ans. Des retombées également escomptées sur les emplois et la réduction de la facture des importations de gaz domestique

 

NewAge CMLNG S.A., filiale de la firme britannique NewAge, et l’Etat du Cameroun, représenté par le ministère de l’Eau et de l’Energie, ont signé une convention gazière pour le développement du champ gazier offshore Etinde le 08 juin 2018 à Yaoundé.

La convention a été signée par David J. Loran, vice-président exécutif de NewAge, et le ministre camerounais de l’Eau et de l’Energie, Gaston Eloundou Essomba.

NewAge et ses partenaires (la compagnie russe Lukoil qui détient une participation de 37,5% et la société britannique Bowleven qui détient 25%) comptent mettre en production, d’ici 2023-2024, une unité flottante de liquéfaction de gaz naturel à Etinde, champ situé dans le bassin sédimentaire du Rio del Rey, en eau profonde vers Limbe (Sud-Ouest Cameroun).

Dans le cadre de la convention gazière signée avec l’Etat pour ce projet, NewAge – opérateur du champ avec 37,5% des parts – garantit “un minimum” de taxes et d’impôts directs de 2,4 milliards de dollars US pendant les 20 ans d’exploitation; 03 millions de dollars US pour la réalisation de projets de développement dans la zone du projet; 350 à 400 emplois directs et  3000 emplois indirects dans le secteur aval.

Le projet, d’un coût global évalué à 2,5 milliards de dollars, devrait rapporter des revenus estimés à près de 07 milliards de dollars US.


Lire aussi: Cameroun: une deuxième usine flottante de liquéfaction de gaz naturel en projet à l’horizon 2023-2024

“Cet important projet permettra à l’Etat du Cameroun de développer son potentiel énergétique par la disponibilité du gaz naturel, source d’énergie propre et moins onéreuse, nécessaire pour notre industrialisation. En outre il nous permettra de limiter voire annuler notre dépendance à l’importation de gaz domestique (GPL”, a salué le ministre camerounais de l’Energie.

En effet, dans le cadre des ententes entre l’Etat et NewAge, il est attendu également de la plateforme, entre autres, la fourniture de 150 000 tonnes de gaz de pétrole liquéfié (GPL) par an, pour la consommation nationale de gaz domestique.

La consommation nationale de gaz domestique est évaluée actuellement à 120 000 tonnes par an, d’après des indications fournies par le ministre de l’Eau et de l’Energie. La Société nationale de raffinage (Sonara) raffine environ 20% de cette demande, le reste étant importé

Des projets en cours, comme l’usine flottante de liquéfaction flottante de gaz naturel “Hilli Episeyo”, déjà installée au large de Kribi, vont permettre de réduire le niveau des importations à travers la production sur place de gaz de pétrole liquéfié (GPL): 33 000 tonnes par an.

Pour rendre le produit accessible aux ménages sans faire subir à ces derniers les effets des fluctuations des cotations internationales, le gouvernement apporte régulièrement des subventions pour les approvisionnements en GPL.

Sur l’exercice 2017, la Caisse de stabilisation des prix des hydrocarbures (CSPH) a soutenu la consommation nationale de gaz domestique à hauteur de 32,61 milliards de F CFA (environ 49,7 millions d’euros).

Avec la finalisation du projet porté par NewAge, ce sera un pas vers l’autonomie du Cameroun sur la question du gaz domestique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *