Le Cameroun s’apprête à signer des accords de prêts de 225,4 millions € avec la BAD pour l’interconnexion de son réseau électrique avec le Tchad




Le chef de l’Etat camerounais Paul Biya a publié deux décrets, le 17 mars, habilitant le ministre de l’Economie à signer ces accords de prêts avec le groupe de la Banque africaine de développement

 

Le chef de l’Etat camerounais Paul Biya a publié deux décrets, le 17 mars, habilitant le ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire à signer avec le groupe de la Banque africaine de développement (BAD) deux accords de prêts d’une valeur totale de 225,4 millions d’euros (225 406 300 EUR précisément) pour le financement partiel du Projet d’interconnexion des réseaux électriques du Cameroun et du Tchad.

Le premier décret concerne l’habilitation pour le Minepat à signer un accord de prêt de 217,9 millions d’euros avec la BAD, et le second un accord de prêt de 6 millions d’unités de compte (environ 7 506 300 euros) avec le Fonds africain de développement (une entité de la BAD).

Le Projet d’interconnexion des réseaux électriques du Cameroun et du Tchad, classé par la BAD parmi les “projets intégrateurs prioritaires de l’Afrique centrale”, consistera en la construction d’une ligne principale haute tension (HT) de 225 kV entre Ngaoundéré-Maroua (Cameroun) et N’Djaména (Tchad), d’une bretelle de ligne HT 225 kV entre Maroua (Cameroun), Bongor-Guelendeng-N’Djaména (Tchad), des postes de transformation HT/MT associés ainsi que des réseaux de distribution, pour l’électrification rurale, le long des couloirs de ligne.

D’après les spécifications techniques fournies par la BAD, la longueur totale des lignes HT à construire dans le cadre de ce projet est d’environ 1024 km, dont 786 au Cameroun et 238 au Tchad. Le nombre de localités à électrifier le long de ces lignes est quant à lui estimé à 478 (soit 409 au Cameroun et 69 au Tchad).

Le coût total du projet est évalué à 399 millions d’euros.

En janvier 2019, la BAD estimait à 2022 le délai d’achèvement du projet. A terme, il devrait favoriser les échanges d’énergie entre le Cameroun et le Tchad.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *