Cameroun: le profil des nouveaux dirigeants de la CSPH




M. Okie Johnson Ndoh et Mme Manzoua Véronique, veuve Moampea Mbio, respectivement directeur et directeur adjoint de la CSPH, ont été installés dans leurs nouvelles fonctions par le ministre du Commerce et PCA de la Caisse de stabilisation des prix des hydrocarbures le 15 décembre. Leur biographie officielle

 

Okie Johnson Ndoh (photo) et Manzoua Véronique, veuve Moampea Mbio, nommés le 11 décembre dernier par le chef de l’Etat camerounais aux postes de directeur et directeur adjoint de la Caisse de stabilisation des prix des hydrocarbures (CSPH), ont pris fonction vendredi.

Ils ont été installés le 15 décembre par Luc Magloire Mbarga Atangana, ministre du Commerce et président du Conseil d’administration de la CSPH. 

Okie Johnson Ndoh (55 ans) originaire de la région anglophone du Sud-Ouest, est un administrateur civil formé à l’Ecole nationale d’Administration et de magistrature (Enam). Avant sa nomination comme directeur de la CSPH, il occupait, depuis juillet 2016, les fonctions de conseiller technique n° 1 au ministère chargé du  Contrôle supérieur de l’Etat (Consupe).

Il aura également, auparavant, assuré diverses responsabilités dans les ministères de l’Enseignement supérieur, de la Fonction publique et de la Réforme administrative, des Relations Extérieures; entre 1988 et 2011. Il était arrivé dans les services du Consupe en juin 2012 en qualité d’Inspecteur d’Etat.

Manzoua Véronique, veuve Moampea Bio (51 ans), originaire de la région du Sud, est titulaire d’une licence en Sciences économiques, option Gestion des entreprises, de l’ex-université de Yaoundé (actuelle université de Yaoundé I) et d’un MBA en Administration des entreprises, obtenu à l’Ecole supérieure des sciences économiques et commerciales (ESSEC) de l’université de Douala.

La nouvelle directrice adjointe connait bien la CSPH pour y avoir passé ses 13 dernières années professionnelles. Elle a successivement occupé les postes de: chef de bureau de la Comptabilité d’exploitation (janvier 2006 – décembre 2007); chef de bureau des Prix (décembre 2006 – décembre 2013); chef de service de l’Exploitation pétrolière (décembre 2013 – décembre 2017).

Lors de la cérémonie d’installation des nouveaux dirigeants de la CSPH le 13 décembre 2017, Luc Magloire Mbarga Atangana les a invités à faire preuve d’ingéniosité et d’anticipation “dans un secteur, l’industrie pétrolière, connu pour son imprévisibilité et ses fréquents changements de tendance”.

Le ministre du Commerce a par ailleurs salué l’action de leurs prédécesseurs.

Elung Paul Che, ex-directeur de la CSPH, aura passé 04 ans et 08 mois à la tête de l’entreprise. Il y avait été nommé le 03 mai 2013, dans un contexte où la CSPH accumulait “d’importants manques à gagner induits par la forte tendance haussière des prix des produits pétroliers sur le marché international.” D’après le ministre du Commerce, il aura réussi à pérenniser les activités de la société “à un moment où l’organisme était menacé de péril”.

Un an après sa nomination, Elung Paul Che avait cependant bénéficié d’une conjoncture favorable à la faveur de la dégringolade des cours du pétrole dès le second semestre 2014. Avant l’été 2014, l’organisme prenait en charge les subventions de carburant liées aux augmentations des prix sur le marché international afin que cette hausse ne soit pas repercutée sur le marché national.

Le directeur adjoint sortant, Emmanuel Alam, aura pour sa part passé 18 ans et 06 mois à la CSPH. Il y avait été nommé le 26 mai 1998. En ce qui le concerne, Luc Magloire Mbarga Atangana a juste indiqué qu’ “il n’a pas démérité”.

Reaction(s) :

  1. Monsieur le directeur de la CSPH est un homme de bonne foi.pour cela nous admettons que il est plein de technicite et innovation dans ses engagements

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *