Cameroun: les populations affectées par le barrage de Mekin seront relogées




Le ministère des Travaux publics annonce également l’aménagement des infrastructures routières de la zone impactée par le projet.

Suite aux inondations et autres perturbations causées par les tests sur le barrage hydroélectrique de Mekin (situé dans la région du Sud), les pouvoirs publics camerounais ont lancé une pré-qualification d’entreprises pour la construction de deux ponts immergés: l’un sur le Dja à Ngallan et l’autre sur la Lobo à Assock, y compris l’aménagement des voies d’accès de ces infrastructures. C’est l’une des résolutions de la réunion tenue à Yaoundé, le 27 juin dernier, par le ministre des Travaux publics, Emmanuel Nganou Djoumessi, en présence des différentes parties prenantes au barrage de Mekin.

Il a été rappelé au cours de cette réunion, que des études techniques étaient en cours pour les travaux lourds de relèvement du niveau de service de l’axe routier Ekong- Bengbis ainsi que son bitumage.

Par ailleurs, la société Hydro-Mekin devra veiller, “en rapport étroit avec les autorités administratives compétentes”, à la bonne mise en oeuvre du processus de recasement des populations à déplacer des sites de Bengbis, Endom et Somalomo.

Fruit de la coopération entre la Chine et le Cameroun, le barrage hydroélectrique de Mekin – situé dans l’arrondissement de Meyomesala, département du Dja et Lobo, région du Sud- est suivi par Hydro-mekin, maître d’ouvrage chargé de l’exécution du barrage; et réalisé par la China national electric engineering corporation (CNEEC).

Le projet, d’un coût total de près de 25 milliards de francs CFA, porte sur la construction d’un barrage avec une usine de pied d’une puissance de 15 mégawatts et d’une ligne d’évacuation d’énergie de 33 kilomètres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *