Cameroun: le lancement de la réhabilitation de l’unique raffinerie de pétrole en vue




Le chef de l’Etat camerounais a donné des directives au gouvernement en vue de mettre en œuvre le plan de réhabilitation et de restructuration de la Société nationale de raffinage (Sonara)

 

Le président camerounais Paul Biya a donné des directives au gouvernement en vue de mettre en œuvre le plan de réhabilitation et de restructuration de la Société nationale de raffinage (Sonara), l’unique unité pétrolière du pays victime d’un grave incendie le 31 mai 2019, a-t-on appris le 27 avril dernier auprès des services du ministère des Finances.

Cette stratégie, élaborée par un comité interministériel, devra aboutir à un nouveau profil de l’usine dans le cadre d’un partenariat public-privé dont ni le montant, ni les acteurs n’ont été révélés.

Inaugurée en 1981, la Sonara, située à Limbe dans la région du Sud-Ouest est une raffinerie de type « topping reforming », c’est-à-dire simple et incapable de transformer les huiles extraites localement, dites « lourdes » et entièrement destinées à l’exportation.

Le pays, qui doit importer des bruts de type « léger » à transformer sur place, envisage ainsi la mise en place d’une unité d’hydrocraquage en adéquation avec le type de brut extrait sur place. La modernisation de l’unique raffinerie de produits pétroliers du Cameroun, lancée en 2010, avait été envisagée en deux phases. La première devait permettre de renouveler les équipements et l’outil de production et d’augmenter la capacité de raffinage de 2,1 à 3,5 millions de tonnes. La deuxième phase devait consister en l’installation d’un système d’hydrocraquage pour raffiner les pétroles bruts lourds produits au Cameroun.

Le projet a connu de nombreux dysfonctionnements, comme l’avait révélé le directeur général de la Sonara, Jean-Paul Simo Njonou, en mai 2020, dans le cadre d »un appel à manifestation d’intérêt pour l’audit global de la phase 1 du projet d’extension et de modernisation de la Société nationale de raffinage.

La raffinerie située à Limbé (Sud-Ouest) est à l’arrêt depuis un incendie survenue le 31 mai 2019 dans ses unités.

Le dernier rapport de la Commission technique de réhabilitation des entreprises du secteur public et parapublic indique qu’au 31 août 2021, environ 150 millions d’euros avaient déjà été mobilisés par l’Etat pour la remise à flot de la Sonara, qui, en fonctionnement normal, couvre 80% de la consommation locale de produits pétroliers.

Les fonds mobilisés au 31 août 2021 l’ont été dans le cadre de la ligne de soutien de 47,88 F CFA (0,073 euro), introduite en 2020 dans la structure des prix des produits pétroliers au Cameroun pour aider à la réhabilitation de la raffinerie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *