Cameroun : “le gaz pourrait représenter entre 20% et 30% du mix énergétique au plan national” (SNH)




Assurance de l’administrateur-directeur général de la Société nationale des hydrocarbures (SNH), dont la société est engagée dans divers projets

 

Le gaz naturel “pourrait représenter entre 20% et 30% du mix énergétique” du Cameroun, selon des perspectives présentées par l’administrateur-directeur général de la Société national des hydrocarbures (SNH), Adolphe Moudiki, dans une interview accordée au site du Congrès et exposition Cape VII de l’Organisation des producteurs de pétrole africains (APPO). La SNH a pris part à cet événement, tenu à Malabo (Guinée équatoriale), du 03 au 05 avril.

Le mix énergétique correspond aux sources d’énergie primaires utilisées pour répondre aux besoins d’un territoire: en carburants, en électricité, en chaleur et froid pour l’habitat et l’industrie, entre autres; tandis que le mix électrique – terme apparenté – renvoie aux sources d’énergie utilisées dans la production d’électricité d’un territoire.

Au Cameroun, en ce qui concerne la fourniture d’électricité par exemple, une centrale à gaz de 216 MW en service depuis 2013 à Kribi et gérée par Kribi Power Development Company (KPDC) – filiale de l’investisseur britannique Globeleq – fournit l’électricité au réseau national de distribution d’Eneo.

Gaz du Cameroun – filiale du britannique Victoria Oil and Gas – fournit également de l’électricité à Eneo à travers une centrale à gaz de 30 MW installée à Douala, dans la région du Littoral. Cette centrale est alimentée à partir du gaz du champ de Logbaba, en production depuis 2012.

D’autres projets sont à l’étude, d’après l’ADG de la SNH, notamment la “mise en place d’une centrale à gaz de 300 MW de Limbe” et la “conversion au gaz de plusieurs centrales alimentées au diesel ou au fuel”.

Selon Eneo – la société concessionnaire du service public de la production et de la distribution d’électricité – le taux d’accès à l’électricité au Cameroun était de 62% à fin 2017, avec une capacité installée de 1360 MW à cette période dont environ 732 MW provenant des barrages hydroélectriques et le reste de centrales fonctionnant au diesel, fuel et gaz.

A travers le Hilli Episeyo – nom donné à l’usine flottante de liquéfaction de gaz naturel installée au large de Kribi (Sud-Cameroun) -, la Société nationale des hydrocarbures entend aussi contribuer à la baisse de la facture des importations de gaz domestique avec une production annuelle de 33 000 tonnes de gaz de pétrole liquéfié (GPL).

La SNH est le bras droit de l’Etat dans la gestion des ressources pétrolières et gazières du domaine minier camerounais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *