Cameroun: Eneo suspend les approvisionnements en poteaux bois auprès de ses sous-traitants pour des questions de “normes”




Le DG de la société concessionnaire du service de distribution de l’électricité, qui a récemment dénoncé à Yaoundé la “dissimulation de l’électrocution d’un sous-traitant”, a annoncé que les poteaux bois utilisés seront provisoirement fournis uniquement par son usine de Bafoussam “en attendant d’y voir plus clair”

 

Les objectifs d’Eneo, en matière de sécurité, “restent encore en deçà des attentes”, a regretté le directeur général de la société, Joël Nana Kontchou, le 1er mai dernier à Yaoundé, lors d’une rencontre avec des collaborateurs, partenaires et représentants de syndicats de travailleurs, à l’occasion de la célébration de la Fête du travail.

Parmi les allégations de fraude enregistrées au premier trimestre 2018, le DG de la société concessionnaire du service public de distribution de l’électricité au Cameroun a relevé, entre autres griefs, la “dissimulation de l’électrocution d’un sous-traitant”.

Revenant à plusieurs reprises sur l’état des poteaux bois et la nécessité de respecter des standards de qualité liés à ces infrastructures, M. Nana Kontchou a annoncé qu’Eneo a décidé de suspendre les approvisionnements auprès des producteurs indépendants de poteaux bois traités.

“Nous avons pris des mesures ces derniers jours au rang desquelles: la suspension provisoire de l’utilisation des poteaux non produits par notre usine de Bafoussam [située dans la région de l’Ouest, NDLR] en attendant d’y voir plus clair; la décision de nous impliquer, de bout en bout, dans le processus de réalisation des réseaux initiés par les démembrements de l’Etat, en vue d’accompagner les divers intervenants pour le respect des normes techniques”, a expliqué le DG d’Eneo.

En 2015, le Cameroun disposait d’un parc de plus d’un million de poteaux bois et un taux de défectuosité touchant plus de la moitié de celui-ci. En avril 2015, lors de l’inauguration de la centrale à gaz de Logbaba (dans la région du Littoral), le DG d’Eneo avait publiquement indiqué que “le problème des poteaux bois défectueux et la surcharge des équipements de distribution” étaient “la cause, à près de 50%, des perturbations et coupures enregistrées sur le réseau”.

“Concernant notamment la problématique des poteaux-bois, nous pouvons déjà nous satisfaire de ce que nos efforts communs depuis 2015 ont permis de baisser de 15% le nombre d’incidents liés à ces supports”, a indiqué Joël Nana Kontchou le 1er mai 2018 à Yaoundé.

Nos performances restent encore en deçà des attentes en ce début d’année. Nous avons enregistré sur notre réseau des morts et des blessés, que nous aurions pu éviter”, a-t-il tout de même rappelé; ajoutant que “l’analyse des cas survenus établit que 80% des accidents enregistrés sont dus à une mauvaise préparation du travail et à la culture de sécurité approximative des travailleurs”.

Parmi les approches retenues désormais à Eneo, il a été souligné: “l’inspection systématique des lignes de distribution, l’identification et le remplacement des poteaux en mauvais état”.

Eneo envisage par ailleurs, officiellement, en cette année 2018, d’installer environ 6 000 poteaux en béton et des supports métalliques dans les différentes régions du Cameroun.

Entre 2014 (année de l’arrivée de Joël Nana Kontchou à la direction générale d’ENEO) et fin 2017, l’opérateur de production et distribution de l’électricité revendique avoir remplacé près de 200 000 poteaux bois sur l’étendue du territoire national.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *