Cameroun: Eneo a élaboré un plan d’investissement à l’horizon 2021… et 2031




Alors que sa concession expire en 2021, et que la demande de renouvellement anticipé n’a pas encore connu d’issue, Eneo a néanmoins déjà établi un modèle de développement de ses activités, qui s’étale sur plus de 10 ans

 

L’actuel concessionnaire du service public de production et de distribution de l’électricité a élaboré un plan d’investissement sur la période 2018 – 2031 qu’il compte partager avec les pouvoirs publics et les partenaires financiers, en dépit du fait que sa concession arrive en principe à échéance en 2021.

Pour rappel, le fonds d’investissement britannique Actis avait racheté, en 2014, sept ans avant leur terme, les droits acquis en 2001 par le groupe américain AES Corporation, pour une vingtaine d’années, en prenant le monopole des activités de la défunte Société nationale d’électricité (Sonel).

Dans “Les leviers de la transformation depuis 2014”, document édité cette année par Eneo et présentant ses résultats et ses perspectives, la compagnie indique avoir en projet des investissements de près de 800 milliards de F CFA (environ 1,2 milliard d’euros) “dont plus de la moitié dans la réhabilitation, le renforcement et l’extension des réseaux de distribution”.

La compagnie sollicite depuis plusieurs mois un renouvellement anticipé de sa concession. Des facteurs externes sont venus renforcer ce plaidoyer, notamment la situation du projet de barrage Nachtigal (420 MW). NHPC, la société constituée pour le barrage, pour les conditions de ses prêteurs, a besoin de signer un contrat d’achat de l’électricité qui sera produite via l’ouvrage entre 2021 et 2022; et le plus gros acheteur dans le paysage camerounais demeure Eneo dont la concession expire bientôt.

 

Tableau: Quelques éléments du plan d’investissement d’Eneo en comparant 2014 (année de la prise de contrôle d’AES Sonel par Actis) à 2021 (fin de la concession), et en allant à 2031. Source: Les leviers de la transformation depuis 2014 © Eneo, 2018

La société contrôlée par le fonds d’investissement britannique Actis a donc établi un plan d’investissement allant de 2018 à 2031… en passant par 2021.

Parmi les objectifs chiffrés cités, l’entreprise prévoit d’augmenter le nombre de câbles souterrains de 1000 km à 3000 km; parvenir à une gestion automatisée du réseau de distribution et une géolocalisation de 100% de ses clients; réduire les pertes en distribution à 21,5% en 2021 et 14% en 2031, contre 30% aujourd’hui; porter l’indicateur SAIDI à 52,4% en 2021 et 10% en 2031; augmenter le portefeuille clients à 1,8 million en 2021, 3,5 millions en 2031 contre 1,2 million en 2017; porter la longueur des lignes moyenne tension (MT) et basse tension (BT) à 33 000 km pour les premières en 2031 et 35 000 km pour les secondes contre 17 000 aujourd’hui.

Pour financer ce plan, outre des apports externes, Eneo compte principalement “mobiliser l’autofinancement dont les deux principales sources sont le tarif d’électricité et le paiement des consommations de l’Etat et ses démembrements”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *