Cameroun : la construction du barrage de Bini à Warak (75 MW) n’attend plus que la signature du contrat liant l’Etat à Sinohydro




L’entreprise chinoise a achevé les travaux préliminaires relatifs à la construction de la base vie des ouvriers, ainsi que les laboratoires et les postes de sécurité

 

Le barrage à construire sur le fleuve Bini à Warak (dans l’arrondissement de Ngan’ha, département de la Vina, à 70 Km de Ngaoundéré, chef-lieu de la région de l’Adamaoua) pourrait être réalisé d’ici à 2021-2022.

Le gouverneur de la région de l’Adamaoua, Kidaldi Taguiéké Boukar, est allé apprécier l’état du chantier le 28 août 2017.

A l’issue de cette visite, la presse a ainsi pu apprendre que l’entreprise Sinohydro, filiale de la société publique chinoise Power China international, a déjà achevé: la construction de la base vie du personnel, les postes de sécurité et laboratoires; l’identification des carrières d’où seront produits les granulats.

Pour le démarrage effectif des travaux cependant, il faut achever les procédures d’expropriation des populations, la validation des études d’impact environnemental et la signature du contrat liant l’Etat du Cameroun à Sinohydro.

Le projet, d’un coût d’environ  200 milliards de F CFA, permettra, une fois achevé, d’injecter 75 MW dans le réseau interconnecté Nord (RIN), qui dessert les régions de l’Extrême-Nord, du Nord et de l’Adamaoua.

Le barrage de Bini à Warak permettra d’alléger le recours au barrage de Lagdo, construit sur le fleuve Bénoué dans le Nord, qui est déjà vétuste et qui ne fonctionne plus au meilleur de ses capacités.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *