Cameroun: ce qui a été concrètement fait pour permettre une plus grande offre en gaz domestique

Le gouvernement a décidé d’une exonération de la TVA de 20% et une réduction des droits de douane de près de 10% sur l’importation des bouteilles de gaz vides. Objectif: réduire le prix de la consignation des bonbonnes

 

On en sait un peu plus sur la nature des mesures fiscalo-douanières prises en juin 2017 par le gouvernement camerounais pour doper le marché de la consommation de gaz butane à destination des ménages.

D’après les éclairages fournis par le délégué régional (Centre) du ministère du Commerce, dans l’édition du quotidien gouvernemental le 23 octobre: “il y a eu une exonération de la TVA de 20% et une réduction des droits de douane se situant autour de 10%. Le tout représente un gain de 30% sur le coût à l’importation de la bouteille”.

“Le prix du gaz n’a pas changé, plutôt celui de la bouteille vide. Lorsqu’une ménagère voudra acquérir une nouvelle bouteille chargée, elle va se retrouver avec une réduction de 30%. En fait la réduction du prix de la bouteille de gaz va varier en fonction du marqueteur et comme il y en a déjà douze sur le marché, la concurrence va certainement les pousser à répercuter intégralement cette baisse”, explique Alain Romuald Ombede Nama.

Ces mesures fiscalo-douanières ont été prises en juin 2017, sans grande communication, à l’initiative du ministère du Commerce en accord avec le ministère des Finances; et elles sont entrées en vigueur en juillet 2017.

L’application devrait prendre encore un peu de temps cependant auprès de marketers disposant d’anciens stocks.

“Depuis la prise de cette mesure, on est parti de 6700 tonnes de consommation en juillet à plus de 10 000 en septembre”, constate Alain Romuald Ombede Nama.

Les réductions déjà ressenties sur le terrain portent sur des réductions de frais de consignation de l’ordre de 2 000 F CFA (3,4 euros) à 5 000 F CFA (7,60 euros).

Le délégué du Mincommerce prévoit aussi un impact au niveau des importations qui pourraient atteindre les 600 000 bonbonnes d’ici à la fin de l’année contre 300 000 en 2016.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *