Le cadre réglementaire de mobilisation des financements au sein de l’Alliance solaire internationale en chantier




Il a été « initié » par le Bénin, le Burkina Faso, le Gabon, le Mali, le Niger et le Togo; et devrait prendre la forme d’un protocole international auquel pourront adhérer les pays « qui le souhaitent »

 

Les chefs d’Etat du Bénin, du Burkina Faso, du Gabon, du Mali, du Niger et du Togo ont œuvré à la mise en place d’une « initiative sur la mobilisation des investissements dans le cadre de l’Alliance solaire internationale (ASI)« , annonce un communiqué publié le 10 septembre par la présidence togolaise.

Elle s’inscrit dans le cadre du programme « Affordable finance at scale » de l’ASI.

« L’initiative a été finalisée lors d’une réunion à Lomé les 23 et 24 août, au niveau des conseillers des chefs d’Etat »  et les documents fondateurs de l’initiative ont été « communiqués aux 68 pays signataires du Traité de l’ASI », ajoute le communiqué.

Il s’agit concrètement, pour les projets d’énergie solaire « d’un cadre réglementaire et contractuel collectif optimal, prenant la forme d’un protocole international. Ce protocole s’appliquera aux actifs que chaque Etat enregistrera volontairement, sans préjudice des dispositions nationales existantes. Il sera ouvert à tous les pays membres de l’Alliance solaire internationale qui le souhaitent », explique le président du Togo, Faure Gnassingbe.

L’initiative permettra « l’accès simplifié et direct de nos pays au financement des projets ainsi que la réduction des coûts de transactions associés, et la levée des barrières légales, réglementaires et institutionnelles empêchant le déploiement massif des investissements et des solutions innovantes de financement », souligne le président malien Ibrahim Boubacar Keita.

Les six pays africains prévoient de se retrouver à nouveau « fin septembre » pour une deuxième session de travail. Le cap est actuellement mis sur l’élargissement du groupe de pays, la sélection d’un collège d’experts juridiques qui assistera l’initiative et aidera à la mobilisation des fonds.

L’ASI a pour mission de regrouper les besoins des pays membres – des pays à fort potentiel solaire – afin de passer des commandes communes ou de faire un appel d’offres global pour faire baisser les coûts des projets de manière générale. Elle s’est fixée pour objectif de mobiliser plus de 1 000 milliards de dollars d’ici à 2030 pour le “déploiement massif” de l’énergie solaire.

L’Alliance solaire internationale (ASI) a tenu son premier sommet en mars 2018, sous la co-présidence de l’Inde et de la France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *