L’américain Blocksyte sollicité pour aider à la mise en place d’un système de vente de gaz naturel comprimé dans les zones rurales du Cameroun




A travers le concept “The Energy Well”, Victoria Oil and Gas veut élargir sa clientèle en offrant des solutions de gaz naturel pour la production d’électricité à des zones non desservies. De premiers essais annoncés en fin d’année 2018

 

Victoria Oil and Gas (VOG) – maison mère de la société Gaz du Cameroun (GDC), opérateur du champ gazier Logbaba dans la région du Littoral – a annoncé lundi, 22 octobre, dans ses résultats du troisième trimestre, avoir requis les services de l’entreprise américaine Blocksyte pour développer une blockchain qui permettrait de sécuriser, gérer et monétiser les opérations de distribution de gaz naturel comprimé (GNC) dans les zones rurales.

Technologie de stockage et de transmission d’information, la blockchain assure un fonctionnement décentralisé, la confidentialité et une sécurisation des transmissions. Blocksyte est spécialisé dans les technologies blockchain pour les industries.

Cette blockchain envisagée rentre dans un nouveau concept de VOG: “The Energy Well” (Le puits d’énergie).

GDC explique que des statistiques à sa disposition révèlent que 74% des Camerounais ont accès au réseau national d’électricité et 86% de la population vit dans un rayon de 15 km autour du réseau électrique.

Cependant, le taux d’électrification en zones rurales serait de 23%, soit environ 08 millions de Camerounais n’ayant pas accès à l’électricité du réseau. Le ménage moyen au Cameroun a besoin d’environ 1 kWh d’énergie par jour, affirme l’entreprise.

Le gaz naturel comprimé est envisagé par GDC comme “solution fiable” dans les régions actuellement non ou insuffisamment desservies en électricité. Le GNC serait acheminé par camions vers des tours, en vue de produire de l’énergie pouvant être stockée dans des batteries. L’énergie ainsi stockée pourrait alimenter de mini réseaux locaux. Les villageois pourraient par ailleurs se doter de plus petites batteries rechargeables à domicile.

Pour la monétisation, GDC étudie la possibilité pour les consommateurs de payer dès réception de la batterie ou des bouteilles de GNC via une application mobile.

La filiale de VOG travaille “avec Blocksyte, Altaaqa et d’autres partenaires pour lancer des essais cette année sur les principaux composants du projet.”

© NGV Gas Tank – Everychina

Projet GNC à Douala

Pour éviter les aléas dus à un principal client et voulant élargir sa clientèle, VOG réfléchit depuis plusieurs mois à la distribution de gaz naturel sous forme comprimée.

En juin 2018, la compagnie britannique avait annoncé la signature d’un accord à long terme avec Naturelgaz Sanayi ve Ticaret A.S., structure détenue à 93,7% par la société d’investissement turque Global Investment Holdings (GIH), pour la mise en place d’infrastructures de compression de gaz naturel à Douala.

En dehors des zones rurales ciblées et évoquées plus haut, la livraison de gaz naturel sous forme comprimée permettra à l’entreprise de toucher de nouveaux clients, industriels et commerciaux, dans la capitale économique du Cameroun. GDC exploite actuellement un pipeline de 50 km qui dessert les zones industrielles de Bassa et Bonabéri, dans le Littoral.

Le GNC permettrait, d’après la filiale de VOG, de remplacer diverses applications utilisant le diesel et le fioul lourd.

Les études de faisabilité et les études commerciales du projet GNC à Douala sont achevées, a indiqué la compagnie dans ses résultats trimestriels publiés le 22 octobre.

Selon ces études, cinq types de besoins pourraient être remplies par le GNC au Cameroun: alimentation thermique, production d’électricité hors-réseau, transport par camions, transport en commun et transport domestique.

Le potentiel identifié par GDC et son partenaire turc, dans un rayon de 60 km autour des installations de Logbaba, est de 2 millions de pieds cubes standard par jour pour le thermique et l’équivalent pour les besoins d’alimentation industrielle.

Les négociations sur la structure commerciale de ce projet devraient aboutir d’ici à la fin d’année 2018, affirme VOG.

GDC est opérateur du projet gazier Logbaba, dans lequel il détient une participation de 57%.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *