Algérie: l’appel d’offres du projet de 4 000 MW issus des renouvelables pourrait être lancé en 2018




Cet appel d’offres international pour la production d’électricité à partir d’énergie solaire, 1ère phase d’un important programme de 22 000 MW, est attendu depuis le début d’année 2017

 

L’appel d’offres pour la production de 4 000 MW d’électricité en Algérie, à partir de l’énergie solaire, “devra être lancé en 2018”, a annoncé Algérie presse service (APS) – l’agence de presse nationale et publique – le 24 février dernier.

La cahier de charges obligera “les investisseurs nationaux et étrangers de produire et d`assurer le montage local des équipements industriels de production et de distribution des énergies renouvelables, notamment les panneaux photovoltaïques”, précise l’agence.

L’appel d’offres international du projet, première phase du Programme national des énergies nouvelles et renouvelables, est attendu depuis le début d’année 2017.

Ledit Programme a été adopté par le gouvernement en février 2011 et révisé en mai 2015.

Il ambitionne d’installer une puissance d’origine renouvelable de 22 000 MW à l’horizon 2030 pour le marché national et 10 000 MW pour l’export.

Programme-national-Ener-Algerie
Download File

Le Programme prend pour options principales la production de l’électricité à partir de la biomasse, la cogénération, la géothermie, les filières photovoltaïques et éoliennes; et au-delà de 2021, le solaire thermique.

D’ici à 2030, selon les objectifs, les énergies renouvelables devraient représenter 37% de la capacité installée et fournir 27% de la production d’électricité.

“La stratégie de l’Algérie en la matière vise à développer une véritable industrie des énergies renouvelables associée à un programme de formation et de capitalisation des connaissances, qui permettra à terme, d’employer le génie local algérien, notamment en matière d’engineering et de management de projets”, explique le document consulté par Energies Media.

Pour réaliser ses ambitions, le gouvernement a mis sur pied, entre autres mesures, le Fonds national pour la maîtrise de l’énergie, pour les énergies renouvelables et la cogénération (Fnmeerc), alimenté annuellement par 1% de la redevance pétrolière et du produit de certaines taxes.

La mise en oeuvre du Programme permettra de réduire plus de 9% de la consommation d`énergies fossiles à l`horizon 2030 et d`économiser 240 milliards m3 de gaz naturel, soit l’équivalent de 63 milliards de dollars sur 20 ans. 

A ce jour, selon l’APS, l’Algérie produit 400 MW à partir d`énergies renouvelables. Cette puissance est répartie à travers “la centrale électrique hybride de Hassi R`mel (100 MW) et la centrale solaire pilote de Ghardaïa (1,1 MW), auxquels s`ajoutent 22 stations électriques solaires d’une capacité de 343 MW à travers 14 wilayas, dont 270 MW qui sont déjà en service”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *