L’Allemagne ambitionne de couvrir 30% de la demande mondiale en batteries d’ici 2030




L’Etat subventionnera la production des batteries à hauteur d’un milliard d’euros et s’attend à de premiers investissements concrets dès début 2019, a annoncé mardi, 13 novembre, le ministre de l’Economie Peter Altmaier

 

L’Allemagne s’attend début 2019 à de premières annonces concrètes d’investissements pour amorcer la production européenne de batteries, que l’Etat subventionnera, a annoncé mardi 13 novembre le ministre de l’Economie.

« Nous souhaitons, d’ici 2030, couvrir 30% de la demande mondiale en batteries par une production allemande et européenne », a déclaré Peter Altmaier. « L’Allemagne relève le défi », a annoncé le ministre, détaillant que le développement de cette technologie bénéficiera de subventions fédérales à hauteur d’un milliard d’euros.

« Nous voulons créer dans les prochains mois les conditions pour une production à grande échelle de batteries en Europe », a expliqué M. Altmaier après une rencontre avec Maros Sefcovic, vice-président de la Commission européenne, chargé de l’union de l’énergie.

La production de cellules de batteries est pour l’instant contrôlée par une poignée de groupes asiatiques, tandis que l’industrie automobile ne développe pour l’instant que les moteurs électriques et certains composants électroniques.

« Plusieurs » consortiums d’entreprises européennes sont en train de se former, a affirmé M. Altmaier, évoquant « un grand intérêt » chez les voisins de l’Allemagne, notamment en France, en Pologne, aux Pays-Bas et en Autriche. De premiers « résultats concrets » de ces discussions sont attendus « fin 2018 ou début 2019 », a-t-il ajouté.

Des décisions d’investissement pour l’ouverture d’un site de production en Allemagne employant jusqu’à 2 000 personnes devraient suivre d’ici fin mars 2019. L’usine pourrait alors ouvrir dès 2021, a précisé le ministre, proche d’Angela Merkel.

Actuellement, seul le géant chinois CATL a prévu d’ouvrir d’ici 2022 en Allemagne une première usine de cellules pour le marché européen. « Nous n’allons probablement pas gagner la course aux batteries les moins chères, mais celle des meilleures batteries n’est pas encore décidée, et nous nous lançons dans celle-ci », a déclaré M. Altmaier.

M. Sefcovic a de son côté estimé que « le marché européen des batteries pourrait atteindre 250 milliards d’euros par an à partir de 2025 ».

Cependant, « l’ampleur et la rapidité des investissements demandés est tel qu’aucun acteur de l’industrie ou pays européen ne peut les prendre en charge », a-t-il dit, promettant un « Airbus européen des batteries ».

L’avionneur européen avait été créé en 1970 en réponse à la dominance de l’américain Boeing.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *