Algérie: la Sonatrach s’engage avec le chinois CNTIC/LPEC pour produire localement le méthyl tert-butyl éther




La production locale de MTBE vise à permettre à l’Algérie de ne plus importer ce produit utilisé comme additif pour la fabrication de l’essence sans plomb. Des économies annuelles d’environ 170 millions de dollars attendues

 

Le groupe public des hydrocarbures algérien Sonatrach a signé, le 19 mai dernier à Alger, un contrat avec le groupement chinois CNTIC/LPEC pour réaliser des infrastructures de production de méthyl tert-butyl éther, produit utilisé dans les raffineries de pétrole comme additif pour la fabrication de l’essence sans plomb. 

Le contrat a une valeur de 76 milliards de dinars algériens (environ 522 millions de dollars américains), financé à 70% par la Banque nationale d’Algérie (BNA), a précisé la Sonatrach. 

L’usine aura une capacité de production annuelle de 200 000 tonnes. La partie algérienne estime qu’il permettra d’éviter toute importation de cet additif dont le coût actuel avoisine les 1100 dollars américains par tonne. D’après les données de la Sonatrach, l’Algérie a dépensé 170 millions de dollars pour l’importation du MTBE en 2021.

Le projet est inscrit dans le programme de développement de la pétrochimie de Sonatrach. Le futur complexe « MTBE » est prévu à proximité du complexe pétrochimique Méthanol (CP1Z) d’Arzew, près d’Oran (plus de 400 km à l’ouest d’Alger). 

Le projet vise aussi à valoriser le méthanol du complexe CP1Z “qui sera utilisé comme charge pour la production du MTBE”. D’après le groupe public, “l’excédent de ce produit sera exporté via les installations portuaires de la raffinerie d’Arzew (RA1Z)”

La durée de réalisation des infrastructures attendues est de 36 mois. Le contrat entre en vigueur en juin 2022, pour une livraison des installations en mai 2025.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *