Algérie: la Sonatrach « en phase de négociation » pour l’acquisition d’une raffinerie à l’étranger




Le PDG du groupe public, Abdelmoumène Ould Kadour, a réitéré, dimanche à Oran, que la compagnie algérienne de pétrole et de gaz compte transformer une partie de ses hydrocarbures à l’étranger

 

La compagnie algérienne de pétrole et de gaz Sonatrach est en phase de négociation pour acquérir une raffinerie à l’étranger, a indiqué dimanche, 25 mars, à Oran (nord-ouest de l’Algérie) le PDG du groupe public, Abdelmoumène Ould Kadour.

« Nous avons lancé un projet pour voir la possibilité d’acheter une raffinerie à l’étranger », a fait savoir le responsable algérien en marge de l’inauguration de la 8e édition du Salon international des industries pétrolière et gazière de l’Afrique du Nord (NAPEC). Le premier responsable de Sonatrach, cité par l’agence officielle APS, a précisé que le projet est en « stade des négociations », sans donner plus de détails.

Le 16 janvier dernier, M. Ould Kadour avait annoncé que sa compagnie transformerait une partie de son pétrole brut à partir d’une raffinerie italienne pour en faire des carburants qui seront ensuite commercialisés en Algérie.

Le carburant, un produit subventionné coûte à l’Algérie 2 milliards de dollars par an.

Malgré le fait que l’Algérie soit un pays producteur et exportateur de pétrole, les capacités de raffinage du pays ne répondent pas à la demande locale, d’où le recours à l’importation.

En termes chiffrés, 11,5 millions de tonnes de carburants sont raffinés en Algérie, alors que la consommation a atteint 15 millions de tonnes de carburants annuellement.

Ces dernières années, le gouvernement s’est lancé dans un programme de réhabilitation de ses vieilles raffineries et la construction de nouvelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *