L’Algérie envisage la possibilité de fabriquer localement des panneaux solaires

D’après le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, cela permettrait à l’Etat de réaliser des économies sur les projets d’exploitation de l’énergie solaire en Algérie. Des appels d’offres internationaux pour 150 MW en vue

 

La baisse du coût de production modules d’énergie solaire est une opportunité que l’Algérie voudrait exploiter pour réduire le coût des projets envisagés dans le pays.

Le 07 juin dernier, le ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, a expliqué au Conseil de la Nation – Chambre haute du Parlement algérien – qu’il s’agit du “bon moment” pour lancer la production locale de panneaux solaires vu que ces derniers représentent “40 à 50%” des coûts de production dans les projets.

D’après Mustapha Guitouni, le dernier Conseil des ministres, tenu le 05 juin, a approuvé le lancement d’appels d’offres pour la production de 200 mégawatts d’énergie solaire dont 150 mégawatts qui seront intégrés dans des appels d’offres internationaux.

Sur les 200 mégawatts, 50 MW seront réservés à la Société algérienne de l’électricité et du gaz (Sonelgaz), pour la réduction de fuel utilisé dans les centrales thermiques situées dans le sud du pays.

La date de lancement de ces appels d’offres n’a pas été précisée.

Le Programme national des énergies nouvelles et renouvelables de l’Algérie, adopté en février 2011 et révisé en mai 2015, ambitionne d’installer une puissance d’origine renouvelable de 22 000 MW à l’horizon 2030 pour le marché national et 10 000 MW pour l’export.

D’ici à 2030, les énergies renouvelables devraient représenter 37% de la capacité installée du pays et fournir 27% de la production d’électricité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *