Algérie/Hydrocarbures: Anadarko reste associée de la Sonatrach dans le bassin de Berkine




La compagnie pétrolière nationale d’Algérie a eu raison de Total qui voulait reprendre les actifs de la compagnie pétrolière américaine

 

 

Le groupe français Total ne pourra finalement pas acquérir les actifs de la compagnie pétrolière américaine Anadarko en Algérie, a annoncé début mai son PDG.

« Occidental nous a dit officiellement que nous ne pouvons pas acquérir les actifs algériens », a indiqué le PDG de Total Patrick Pouyanné à l’occasion d’une conférence destinée aux analystes financiers.

Total avait annoncé l’an dernier un accord avec l’américain Occidental Petroleum en vue de racheter pour 8,8 milliards de dollars (7,8 milliards d’euros) les actifs d’Anadarko en Algérie, au Ghana, au Mozambique et en Afrique du Sud. Cette opération était liée au rachat d’Anadarko par Occidental Petroleum.

Mais les autorités algériennes se sont opposées au rachat par Total des actifs dans le pays. La compagnie nationale Sonatrach devait ainsi exercer son droit de préemption, avait annoncé en décembre dernier le ministre de l’Énergie, Mohamed Arkab.

La compagnie Occidental Petroleum Corporation (OXY), qui a pris le contrôle d’Anadarko Algeria Corporation (AAC), va poursuivre les activités de cette dernière en Algérie, a expliqué le gouvernement algérien début mai.

“Le ministre de l’Energie a donné son accord pour le maintien de la société Anadarko Algeria Corporation dans le cadre du contrat d’association en partenariat avec Sonatrach et d’autres sociétés […] Le contrat d’association comprenait “la recherche et l’exploitation des hydrocarbures sur le périmètre contractuel situé dans les blocs 404 et 208 de Berkine”, a précisé la Sonatrach sur son site web.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *