L’AIE recommande de doubler les investissements moyens annuels consacrés à l’efficacité énergétique




L’Agence estime, dans un rapport publié le 19 octobre, qu’en utilisant les technologies actuelles, les émissions de gaz à effet de serre provenant du secteur énergétique pourraient atteindre un pic avant 2020 et chuter ensuite de 12% en 2040 par rapport à aujourd’hui

 

L’efficacité énergétique représente encore un potentiel énorme à travers le monde mais elle nécessitera d’importants investissements, a prévenu vendredi, 19 octobre, l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

« La taille de l’économie mondiale pourrait doubler d’ici 2040 avec seulement une augmentation marginale de la demande énergétique », souligne Fatih Birol, directeur exécutif de l’AIE. Cela grâce à des mesures d’efficacité, qui permettent d’utiliser moins d’énergie pour le même résultat, dans des domaines comme le transport, l’industrie ou le bâtiment.

L’Agence présente ainsi, dans un rapport qu’elle consacre au sujet, un scénario idéal qui imagine que toutes les mesures d’efficacité possibles soient mises en oeuvre, sur la base des technologies actuelles. Les émissions de gaz à effet de serre provenant du secteur énergétique pourraient ainsi atteindre un pic avant 2020 et chuter ensuite de 12% en 2040 par rapport à aujourd’hui.

Mais ces mesures ont un coût: l’AIE calcule qu’il faudrait doubler les investissements moyens annuels d’ici 2025 et encore les doubler après cette date. Un effort loin de la tendance actuelle: les investissements ont progressé de seulement 3% à 236 milliards de dollars en 2017, témoignant d’un ralentissement. C’est toujours le secteur du bâtiment qui absorbe 60% de ces dépenses.

L’AIE juge que « de nouveaux mécanismes de financement sont vitaux » pour cela, alors que la plupart de ces investissements sont toujours auto-financés. Elle suggère aussi aux gouvernements de durcir leurs politiques pour rendre des mesures obligatoires. Les normes ont été durcies récemment pour les véhicules mais presque pas dans les secteurs du BTP et de l’industrie.

Géographiquement, c’est dans les pays émergents que l’effort serait le plus payant: l’intensité énergétique (qui rapporte l’utilisation d’énergie au PIB) peut y être divisée par deux, estime l’AIE.

L’efficacité énergétique prend en compte l’utilisation rationnelle d’une forme d’énergie en augmentant l’efficacité de sa production, sa transmission, sa distribution et sa consommation finale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *