L’Afrique a reçu 20 milliards de dollars de financements dans le secteur de l’énergie en 2016




D’après la 8e édition du rapport annuel du Consortium pour les infrastructures en Afrique (ICA), ce montant est en baisse par rapport à l’année 2015 où il était de 33,5 milliards de dollars

 

L’Afrique a reçu 20 milliards de dollars de financements dans le secteur de l’énergie en 2016, un montant à la baisse par rapport à l’année 2015 où les investissements avaient atteint 33,5 milliards de dollars, selon les statistiques publiées dans la huitième édition du rapport annuel du Consortium pour les infrastructures en Afrique (ICA). Le rapport a été rendu public le 16 octobre dernier.

Sur un plan global, relève le rapport intitulé “Tendances du Financement des Infrastructures en Afrique – 2016”, les investissements dans les infrastructures (énergie, eau, transports, TIC) sur le continent ont baissé de 16,4 milliards de dollars entre les deux dernières années, passant de 78,9 milliards de dollars en 2015 à 62,5 milliards de dollars en 2016.

“Cette nette réduction du financement est essentiellement due à la baisse des investissements chinois annoncés en 2016 qui ont totalisé 6,4 milliards de dollars, soit un niveau très inférieur aux 20,9 milliards de dollars déclarés en 2015, et à la baisse des investissements privés”, explique Mohamed Hassan, Coordonnateur du secrétariat de l’ICA.

“Sur les 62,5 milliards de dollars investis dans le développement des infrastructures en Afrique en 2016, l’Afrique occidentale a reçu des investissements à hauteur de 16,3 milliards de dollars. Elle est suivie par l’Afrique orientale avec 13,1 milliards de dollars et l’Afrique du Nord, avec 12,9 milliards de dollars. L’Afrique australe (excepté l’Afrique du Sud) et l’Afrique centrale ont reçu respectivement 6,5 milliards de dollars et 6,3 milliards de dollars alors que l’Afrique du Sud a reçu 5,9 milliards de dollars”, précisent les auteurs du rapport.

Le Consortium pour les infrastructures en Afrique (ICA) a été lancé en 2005. Il compte parmi ses membres: les pays du G8, l’Afrique du Sud, le Groupe de la Banque mondiale, le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), la Commission européenne, la Banque européenne d’investissement et la Banque de développement d’Afrique australe. L’Union Africaine, le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (Nepad) et les communautés économiques régionales prennent part aux réunions du Consortium en qualité d’observateurs.

Le rapport annuel de l’ICA analyse les tendances de financement des infrastructures sur le continent; financements venant des gouvernements, des donateurs bilatéraux, des institutions multilatérales ainsi que ceux venant du secteur privé.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *