Avec l’activité de son secteur pétrolier et gazier, le Canada a raté tous ses objectifs de réduction d’émissions de GES depuis 1992 (rapport)




Grand producteur d’hydrocarbures, le Canada, qui a de la peine à mettre en oeuvre des mesures efficaces de réduction des GES dans le secteur pétrolier et gazier (26% de toutes les émissions), est bien parti pour manquer les objectifs à l’horizon 2020, d’après un rapport du Sénat canadien, publié le 04 mai

 

La réduction des émissions de gaz à effet serre (GES) du secteur pétrolier, responsable de plus du quart des rejets au Canada, posera « des défis de taille », mais est « essentielle » pour que le pays respecte ses engagements en vertu de l’Accord de Paris, estime un rapport du Sénat canadien.

« Le Canada a raté tous ses objectifs de réduction d’émissions depuis 1992« , note le rapport en soulignant aussi que « les températures s’y réchauffent en moyenne deux fois plus rapidement que dans le reste du monde ».

« Le secteur pétrolier et gazier du Canada produit 26% de toutes les émissions de gaz à effet de serre (GES) du pays », selon ce rapport d’étape d’un comité du Sénat canadien publié vendredi, 04 mai, sous le titre: « Le pétrole et le gaz canadiens dans une économie à faibles émissions de carbone »

Les « activités en amont », soit l’extraction et la production de pétrole et de gaz, étaient à l’origine de 23% de ces émissions, tandis que le secteur du raffinage comptait pour 3%.

Les auteurs du rapport avaient pour mandat d’examiner « la transition du Canada vers une économie qui produirait moins de dioxyde de carbone (CO2) et d’autres gaz à effet de serre, tout en demeurant prospère et dynamique ».

Le comité note que le seul secteur pétrolier et gazier a rejeté dans l’atmosphère 189 millions de tonnes équivalents de CO2 en 2015.

Or, pour respecter les engagements qu’il a pris à Paris en décembre 2015, le Canada doit réduire de 199 millions de tonnes ses émissions annuelles de GES.

Pour le comité, « le plus grand défi qui se pose à l’industrie sera de trouver des moyens de demeurer compétitive et d’encourager l’investissement, alors qu’elle doit faire face à des exigences grandissantes de réduction des GES ».

Selon les projections actuelles, le Canada émettra 722 millions de tonnes de GES par année d’ici 2030, alors qu’il devrait plutôt ramener ses émissions à 523 millions de tonnes pour se conformer à ses engagements internationaux.

Illustration extraite du rapport: « Le pétrole et le gaz canadiens dans une économie à faibles émissions de carbone ». Mai 2018

En 2015, l’industrie pétrolière et gazière a contribué pour 7,7% au produit intérieur brut, soit une activité économique de 142 milliards de dollars canadiens (92 millions d’euros) et assurant 700 000 emplois directs et indirects.

« Les ressources pétrolières et gazières nationales sont un énorme atout pour le Canada sur le plan économique et stratégique. Représentant une activité industrielle colossale », souligne le rapport.

« En 2015, le Canada se classait au quatrième rang mondial des producteurs de pétrole brut, avec la troisième réserve prouvée de pétrole brut en importance sur la planète. Par ailleurs, il était le cinquième plus grand producteur mondial de gaz naturel, avec la 17e réserve prouvée de gaz naturel en importance dans le monde. Chaque année, l’industrie verse en moyenne 22 milliards de dollars aux gouvernements fédéral, provincial et territorial sous forme d’impôts, de redevances et de ventes foncières », illustre le document.

Le gouvernement canadien mais aussi ceux des treize provinces et territoires élaborent en ce moment une panoplie de politiques visant une réduction des GES, dont la tarification du carbone et des règlements sur la diminution des émissions de méthane qui proviennent des secteurs pétrolier et gazier.

Julie Gelfand, commissaire à l’environnement et au développement durable, une des personnes ressources rencontrées par l’équipe de rapporteurs, a toutefois indiqué qu’il est probable que le pays rate l’objectif fixé pour 2020 (17% sous les niveaux de 2005 d’ici 2020).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *